Qu’est-ce que le Growth Hacking ?

Publié par dans la catégorie Innovation

Qu'est-ce que le growth hacking

Né dans la Silicon Valley il y a quelques années, le terme de Growth Hacking s’est répandu à grande vitesse dans les sphères startups des quatre coins du monde et gagne à présent plus largement en popularité dans le monde du marketing digital. Qu’est-ce que le Growth Hacking, sur quels leviers s’appuie cette approche et quelles entreprises l’utilisent ? Réponses.

Définition du Growth Hacking

La paternité de l’expression “Growth Hacking” est attribuée à Sean Ellis, un expert marketing ayant contribué significativement au développement de startups californiennes de renommée mondiale : il a notamment été le premier responsable marketing de DropBox. Le terme a ensuite été largement popularisé par Andrew Chen par l’intermédiaire d’un article dans lequel il expliquait que le Growth Hacker était le nouveau Directeur Marketing d’une entreprise.

Le Growth Hacking est en effet une approche marketing visant à gagner en visibilité et à générer des ventes, qui place la croissance au centre de tout et se fonde sur l’utilisation de stratégies créatives, de compétences techniques et d’analyse de données. En d’autres termes, le Growth Hacking se trouve au croisement du guérilla marketing, du développement web et de la business intelligence.

Leviers de Growth Hacking

L’objectif du Growth Hacking est de parvenir à mettre en place un processus d’acquisition client/utilisateur optimal, calqué sur le schéma AARRR : Acquisition, Activation, Rétention, Recommandation, Revenu. Un processus qui se doit également d’être “scalable”, c’est-à-dire réplicable et démultipliable à grande échelle sans pour autant nécessité de ressources humaines supplémentaires proportionnelles.

Pour ces raisons, les leviers du Growth Hacking sont le plus souvent gratuits, ou peu onéreux (par opposition à l’achat d’espaces publicitaires traditionnels) et intégrés directement dans le “produit” lui-même. Le référencement naturel, le content marketing, les médias sociaux, l’A/B testing et le web scraping font ainsi partie de la panoplie de base du Growth Hacker.

Exemples de Growth Hacking

Par essence, le Growth Hacking est essentiellement utilisé par des entreprises opérant sur le web. Il s’agit aussi bien des géants d’internet, tels que Facebook, YouTube ou Paypal, que de plus petites structures, ayant besoin de se développer.

Voici trois exemples parmi les plus célèbres de l’histoire du Growth Hacking :

  • “P.S. I love you. Get your free email at Hotmail” est la phrase qui a rendu célèbre le webmail que nous connaissons tous. En intégrant un lien dans le pied de page de chaque email envoyé par ses utilisateurs, Hotmail a été en mesure d’exploiter le fait que 80% de ses nouveaux utilisateurs essayaient le service sur recommandation d’une connaissance. Résultat : Hotmail a atteint la barre des 70 millions d’utilisateurs en six mois.
  • Lorsqu’un utilisateur s’inscrit pour la première fois sur le site de DropBox, il est invité à accomplir une série de tâches, qui débloquent chacune de l’espace disque supplémentaire, gratuitement. L’une de ces tâches consiste à inviter son entourage à s’inscrire sur le site, tandis qu’une autre tâche consiste à tweeter son “amour pour DropBox”. Le service de partage de fichiers compte aujourd’hui plus de 200 millions d’utilisateurs.
  • Au moment où un utilisateur dépose une annonce sur AirBnB — pour mettre son bien en location — il a la possibilité de diffuser automatiquement et gratuitement cette annonce sur Craigslist (l’équivalent américain du Bon Coin). Une intégration cross-platform, qui permet à chaque annonce de gagner considérablement en visibilité, sans rien coûter à AirBnB en termes de marketing,

Le Growth Hacking est une approche marketing innovante, qui tire parti des nouvelles possibilités offertes chaque jour par le web. Née dans l’écosystème californien des startups, cette méthodologie peut être appliquée pour le développement de l’activité d’entreprises de bien d’autres secteurs. Y compris la vôtre.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+Buffer this pageEmail to someone